Encore un décès...

Pour parler de musique, de cinéma, de peinture etc. Une seule rubrique par thème, SVP...
Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Collection
Messages : 8699
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

Re: Encore un décès...

Message par Guy Bonnardeaux »

Dernier message de la page précédente :

Triste. Encore toute une ( grande ) époque qui s'en va.

Avatar du membre
Back Door Man
Marabout Géant
Messages : 21814
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Normandie Forever
Contact :

Re: Encore un décès...

Message par Back Door Man »

Triste, très triste :( Un monument de la culture et de l'intelligence qui part. Je me demande ce qu'il pensait du service publique de maintenant surtout sur la 2 qui arrive peu à peu au niveau de té-éf-un :colere:
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air con

https://www.flickr.com/photos/gildays/

Avatar du membre
jean-luc
Marabout Collection
Messages : 8885
Enregistré le : sam. 24 sept. 2011 13:47

Re: Encore un décès...

Message par jean-luc »

Un des grands amoureux de la belle langue française. Bien que très tardive, son émission passionnait des millions de téléspectateurs ! Je suis très triste :(

Avatar du membre
Serge
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 2937
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Laneuveville devant Nancy

Re: Encore un décès...

Message par Serge »

Le dessinateur Fred Dewilde, rescapé de l'attentat du Bataclan, s'est suicidé dimanche 5 mai... :pale:
https://www.estrepublicain.fr/societe/2 ... -ses-jours


Image

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 17660
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

Re: Encore un décès...

Message par aristide hergé »

jean-luc a écrit :
lun. 6 mai 2024 20:49
Un des grands amoureux de la belle langue française. Bien que très tardive, son émission passionnait des millions de téléspectateurs ! Je suis très triste :(
Pas mieux que vous, hélas, les amis ... :(
"Le patriotisme, c'est d'abord l'amour des siens. Le nationalisme, c'est d'abord la haine des autres" (Romain Gary)

Avatar du membre
ziggy2
Marabout de Ficelle
Marabout de Ficelle
Messages : 92
Enregistré le : sam. 1 juil. 2023 14:09
Localisation : alpilles

Re: Encore un décès...

Message par ziggy2 »

Serge a écrit :
mar. 7 mai 2024 20:49
Le dessinateur Fred Dewilde, rescapé de l'attentat du Bataclan, s'est suicidé dimanche 5 mai... :pale:
https://www.estrepublicain.fr/societe/2 ... -ses-jours

Merde... le lendemain du 13 novembre, à l'époque je dirigeais un établissement pour 120 travailleurs handicapés, et j'avais improvisé un discours, plus une minute de silence. j'avais eu du mal à le finir, ce discours, mélange de tristesse et de rage.

Avatar du membre
ziggy2
Marabout de Ficelle
Marabout de Ficelle
Messages : 92
Enregistré le : sam. 1 juil. 2023 14:09
Localisation : alpilles

Re: Encore un décès...

Message par ziggy2 »

Mon père est mort voilà 4 ans, et il me manque à peu près tous les jours.
Quand j'avais une dizaine d'années, j'étais "fan" du Club des 5, et mon père m'a tanné pendant un moment en me disant: "lis ça, c'est mieux que le Club des 5". J'ai fini par accepter et il m'a filé un bouquin, dont la couverture m'impressionnait, elle était jaune dorée, avec un visage au crocs de vampire. J'ai donc lu "Les Captifs de l'Ombre Jaune", mon premier Bob... Et nous voilà 55 ans après.
Ma vie a été plutôt belle, bien que compliquée, surtout ces dernières années. J'ai beaucoup lu, pas mal voyagé, j'ai même pas mal écrit, des récits d'aventure exotiques...
Je suis en partie ce qu'ont fait de moi Henri Vernes, Bob Morane, et donc mon père, en me passant un relais avec les "Captifs..."
Mon père s'appelait Lucien, et je voulais lui rendre hommage parmi les moraniens. et je vais de ce pas chercher un mouchoir...

Avatar du membre
S.S.S.
Marabout Géant
Messages : 22579
Enregistré le : ven. 10 juil. 2009 02:00
Localisation : A côté de mes pompes

Re: Encore un décès...

Message par S.S.S. »

:pouce: Merci Christian
J’ai tellement besoin de temps pour ne rien faire, qu’il ne m’en reste plus pour travailler (Pierre Reverdy)

Avatar du membre
yan59
Marabout Géant
Messages : 11810
Enregistré le : mer. 19 mai 2010 02:00
Localisation : un petit village du Ferrain, au nord de Lille

Re: Encore un décès...

Message par yan59 »

Merci pour ce témoignage, Christian, qui doit parler à beaucoup d'entre nous.
Nous sommes nombreux je pense à avoir reçu notre premier Bob Morane d'un être cher, père, frère,...
Et quand il m'est arrivé d'évoquer mon père qui m'a transmis ses livres, j'ai aussi eu du mal à finir d'écrire, je voyais flou. 😉
Je ne procrastine pas, j'attends d'être plus vieux et donc plus expérimenté !

Avatar du membre
Telly
Marabout Collection
Messages : 7460
Enregistré le : jeu. 24 sept. 2009 02:00
Localisation : Quelque part dans la France profonde...
Contact :

Re: Encore un décès...

Message par Telly »

Roger Corman, le pape de la série B, est mort
Réalisateur, producteur, précurseur : Roger Corman a su inventer un cinéma populaire, fait de bric et de broc. Et révolutionner la série B. Il est mort ce 9 mai 2024, à l’âge de 98 ans. Surnommé le « parrain du Nouvel Hollywood », Roger Corman a mis le pied à l’étrier de James Cameron, Martin Scorsese, Francis Ford Coppola…

Une plante carnivore, des taulardes sexy, des voitures en furie, des extraterrestres, des femmes vikings, des cow-boys, des piranhas, et même un gros crabe très méchant… La filmographie de Roger Corman, qui vient de mourir, le 9 mai 2024, dans sa maison de Santa Monica en Californie, ressemble à la brocante géante des horreurs – et des merveilles – de la série B. Micro-budgets, science-fiction, action, épouvante… carton-pâte et créativité débordante : au cours de sa longue carrière, ce doyen du cinéma américain a réalisé une cinquantaine de films et en a produit quatre cents, en toute liberté et à la barbe des grands studios. De ses débuts de coursier pour la 20th Century Fox après guerre (pour la modique somme de 32,5 dollars par semaine) jusqu’à aujourd’hui (« Je n’ai aucune intention d’arrêter de travailler », disait-il, il y a encore peu de temps), cet homme infatigable fut le premier à dérouler l’écran géant du cinéma populaire occidental. Celui des drive in, d’abord, où les ados américains des années 1950 se précipitaient pour frissonner entre deux bécots, devant d’improbables spectacles comme Monster From The Ocean Floor (un film de terreur à base de méga-poulpe bricolo, que l’ingénieux Corman produisit à l’économie, avec un drôle de sous-marin à une place prêté par son fabricant), ou encore devant le western Cinq Fusils à l’ouest, en 1955, son premier film en tant que réalisateur.

Roi des bouts de chandelle, marqué par la Grande Dépression de son enfance, il est expert dans l’art de monter des projets pour presque rien – entre 40 000 et 60 000 dollars de coûts de production pendant sa période « drive in ». Mais Roger Corman n’est pas célèbre seulement pour avoir dirigé son premier grand succès, La Petite Boutiques des horreurs (1960) en deux jours et une nuit, avec la participation facétieuse d’une future star, et complice de toujours, Jack Nicholson. Ce stakhanoviste est aussi le cinéaste qui transforma l’œuvre d’Edgar Allan Poe en mythique cycle de cinéma, de La Chute de la Maison Usher (1960) au Corbeau (1963), entre autres adaptations aussi gothiques et pop, solennelles et discrètement ironiques, que leur interprète principal, le comédien Vincent Price.

Grands comédiens, mais aussi, et surtout, illustres cinéastes : ils sont nombreux à lui devoir le coup de pouce décisif, la chance d’une vie. Ron Howard (Cocoon, Portrait craché d’une famille modèle…) se dit ainsi « diplômé de l’université de Roger Corman ». Parmi ses fameux « condisciples » de premier plan, on trouve aussi James Cameron, Peter Bogdanovitch, Martin Scorsese, Joe Dante ou encore Francis Ford Coppola, lequel bénéficia par exemple de la typique méthode « maison ». À l’issue d’un tournage, Roger Corman refile en effet au jeune homme, qui était son premier assistant, une camionnette Wolkswagen bourrée de matériel en rab, lui donne 30 000 dollars de budget, et l’envoie manu militari faire son premier long métrage. Ce sera Dementia 13, en 1963, et le début de tout, pour le futur réalisateur du Parrain.

Qu’il soit le premier à tourner un film frontalement critique sur le racisme aux États-Unis (The Intruder, en 1962, dans des conditions particulièrement hostiles et au milieu des menaces du Ku Klux Klan) ou qu’il préfigure l’aventure d’Easy Rider avec son film de motards Les Anges sauvages (1966, et déjà avec Peter Fonda), Roger Corman flirte avec la contestation toute sa vie, entre deux monstres, et même, parfois, à travers eux. Un modèle de liberté qui se prolonge avec la création de sa propre société de production, New World Pictures. « J’ai brisé les règles en finançant mes propres films », confie celui qu’on ne surnomme pas pour rien le « parrain du Nouvel Hollywood », ce courant de liberté artistique et politique qui irrigua l’Amérique de la fin des années 1960 aux années 1980. Une légende vivante, taillée… dans le meilleur des cartons-pâtes.

« Dépêchez-vous. On n‘a pas le temps : c‘était son leitmotiv, raconte Peter Bogdanovich dans How I Made a Hundred Movies in Hollywood and Never Lost a Dime, de Roger Corman et Jim Jerome (1990). Sur le tournage des Anges sauvages, lui et moi, on a failli se faire tuer par les Hell‘s Angels qui n‘en pouvaient plus de ses coups de gueule. Un jour, on filmait une scène de bagarre et on manquait de figurants. Roger me dit : “Fonce dans le tas : depuis le temps qu‘ils ont envie de nous démolir, ça va mettre de l‘agitation”. Je suis sorti de là en sang. Mais, sur l’écran, on a vraiment l‘impression qu‘il y a du monde. Pour Roger, la fin justifiait les moyens. »

Telly ( :( )

Avatar du membre
jean-luc
Marabout Collection
Messages : 8885
Enregistré le : sam. 24 sept. 2011 13:47

Re: Encore un décès...

Message par jean-luc »

Un des Grands aîtres de la série B d'Horreur et de Fantastique .
Consulter la liste des titres de ses réalisations est déjà un vrai régal pour l'imaginaire...

Répondre

Retourner vers « Les Arts »